L’ordre du jour du conseil municipal du 8 mars comportait deux points majeurs : le débat d’orientation budgétaire et la vente de la SAEM par la ville.

Pour le 1er point, nous pourrions reprendre notre intervention de l’an dernier (http://avenirstavertin.canalblog.com/archives/2016/03/20/33543448.html) en changeant les chiffres ! Les orientations politiques de la majorité actuelle n’ont pas changé : désendettement, diminution des emplois titulaires, au profit des emplois non titulaires, investissement conforme à leur programme mais surtout très étalé dans le temps.

 

Saint-Avertin a une situation « hyper saine », a conclu l’adjoint aux finances. Nous lui avons répondu que c’était surtout par la vente de son immobilier (la résidence des Tilleuls hier, les parts de la SAEM demain) et une insuffisance en matière de construction de logements sociaux.

Nous avons par ailleurs trouvé regrettable qu’en période de taux bancaires faibles, notre mairie n’emprunte pas et ne diminue pas sa part de taux variable (actuellement 39% de la dette est à taux variable).

Emprunt

Surtout, les moyens financiers de la ville ne sont pas orientés vers plus de solidarité : dégrèvement de la taxe d’habitation pour les plus précaires, généralisation du quotient familial, logements accessibles, emplois municipaux précaires.

Ce dernier point, nous paraît un enjeu d’avenir : 44% des agents municipaux ont plus de 50 ans et depuis plusieurs années, nous voyons le pourcentage d’agents non titulaires augmenté et celui des agents titulaires diminué (de 63% en 2011, il est désormais de 53%). Il n’est pas rare de croiser des agents qui sont sous contrat à durée déterminée de 24h/semaine, renouvelée depuis plusieurs années !

Effectifs

Enfin, pour la forme, nous avons souligné qu’il pouvait être plus important de sécuriser plus rapidement les bâtiments municipaux que d’armer nos 4 policiers.

Investissement

 

L’autre point important du conseil municipal portait sur le souhait de la mairie de vendre à une autre structure, type Val Touraine Habitat, les parts qu’elle détient dans la SAEM.

Nous avons voté contre la cession des parts détenues par la ville dans la SAEM (Société Anonyme d'Economie Mixte), pour trois raisons :

- L'argument de la faible rentabilité de la SAEM n'est pas tenable. Même si nous comprenons la nécessité de "tenir le budget", nous ne validons pas l'idée que le logement social puisse service à faire du bénéfice. Beaucoup d'associations gèrent du logement social, le font correctement et ne font pas de bénéfice...

- L'argument du risque de voir la loi évoluer et interdire à une commune de détenir des parts dans une SAEM est un argument pour le moins spéculatif. Personne aujourd'hui ne sait précisément comment évolueront les lois relatives aux collectivités territoriales.

- Enfin, politiquement, nous sommes en désaccord avec l'idée qu'une commune ne doive pas s'occuper de logement social. Les enjeux de mixité sociale, d'équité, de politique d'urbanisme sont trop importants pour que nous prenions le risque de voir l'essentiel du logement social de notre ville concentré dans les mains d'un seul bailleur social, étranger à notre commune. Le risque est grand d'une perte de contrôle de la municipalité sur la politique du logement social.

 Sur les autres points importants, nous avons voté POUR :

-          La mise à jour des indemnités de fonction des élus (maires et adjoints) : pas d’augmentation, même une légère baisse (748,18€ en 2014 pour 741,1€ en 2017).

-          La mise en place d’un service civique pour travailler sur l’isolement des personnes âgées

-          Des demandes de subvention pour la prévention de la délinquance, notamment pour

  • La MdJ, la nuit de la citoyenneté, accueil des mineurs… en regrettant le mille feuille administratif : 5 organismes sollicités pour des subventions allant de 200€ (ToursPlus) à 18500€ (Département).
  • le 10ème anniversaire du Riding Park : nous avons félicité les saint-avertinois à l’origine de cette manifestation reconnue au niveau de la région

-          Des tarifications de stand, d’encart publicitaire pour les manifestations à venir (Nature en fête, festival des horizons

-          Et une demande de subvention auprès de la préfecture qui pourrait monter jusqu’à 150k€ : comme quoi, pour des projets ciblés (accessibilité ou sécurisation de bâtiments), l’état peut financer jusqu’à 50% des travaux.