Liste de rassemblement de gauche et d'ouverture

Taxe d'habitation : la droite saint-avertinoise a voté cette augmentation le 18 février 2018

M Raymond et ses démissionnaires l’ont tous votée ! Et les non démissionnaires aussi. Nous avons été bien seul à s’opposer !

https://www.google.fr/…/taxe-d-habitation-la-liste-des-gran…

Les 55 villes de plus de 10 000 habitants qui ont augmenté leur taux : Saint-Avertin 12ème !

 

MAIZIERES-LES-METZ (57) : + 18,02%
VAIRES-SUR-MARNE (77) : + 15,02%
ETAMPES (91) : + 12,99%
SASSENAGE (38) : + 11,98%
LE CHESNAY (78) : + 9,96%
OMBREE D'ANJOU (49) : + 9,64%
CORBEIL-ESSONNES (91) : + 8,52%
SAINT MAUR DES FOSSES (94) : + 8,50%
LESCAR (64) : + 8,04%
SCEAUX (92) : + 6,79%
KINGERSHEIM (68) : + 6,03%
SAINT-AVERTIN ( 37 ) : + 5,69%

 

Rappelons notre intervention du 18/02/2018 : 

"Nous regrettons que l'augmentation des 3 taxes locales (habitation, foncier et foncier non bâti) soit unilatérale et uniforme : nous n’avons guère pu en discuter et il n’y a pas de réflexion vis-à-vis des catégories en difficulté, seule ou handicapé. Cela fera 70€ par foyer fiscal, et 24€/hab selon vos dire."

Démissionnaires et non démissionnaires étaient tous unis pour défendre cette augmentation sans justifiée d'ailleurs à quoi elle servait !

 

Posté par Philippe LEBOT à 18:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Instant de vie municipale à Saint-Avertin !

Le conseil municipal de Saint-Avertin a été suspendu quelques minutes après l'ouverture de séance, suite à la démission de 19 conseillers municipaux de l'actuelle majorité dont 5 adjoints sur 9, laissant le maire actuel M GUILLEMIN entouré des élus d'opposition et de seulement 4 conseillers de son "ex majorité"!

Monsieur RAYMOND "chef de file" de ces démissionnaires a exprimé leurs désaccords qui sont repris dans un tract qui fera sûrement la une de la presse demain.

Les 3 élus de gauche avons été surpris par la forme et la violence de la méthode (le maire a été informé 10 min avant le conseil). Les 19 conseillers auraient pu mettre en minorité le maire actuel et diriger la mairie jusqu'aux prochaines élections de 2020, plutôt que contraindre les électeurs à devoir voter 3 fois en moins de deux ans (élections municipales, européennes, puis de nouveau municipales en 2020).

La conséquence est simple, les saint-avertinois vont être convoqués aux urnes prochainement, les listes devront être rapidement constituées pour mener une campagne éclaire dans ce contexte exceptionnel !

Posté par Philippe LEBOT à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ordre du jour du Conseil Municipal du Mercredi 26 septembre 2018

180926_odjCM

L'ordre du jour du conseil municipal du Mercredi 26 septembre est le suivant :

180926_odjCM 

 

 

Posté par Philippe LEBOT à 18:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Compte-rendu du conseil municipal du mercredi 6 juin 2018

Le conseil municipal du mercredi 6 juin fut encore un bon exemple du fonctionnement actuel de la majorité : peu de débat, quelques réponses "standardisées" et malgré une augmentation des impôts locaux, des augmentations de tarifs par petites touches.

Ainsi, si on peut comprendre que la taxe sur la publicité extérieure augmente tous les ans pour rester au niveau du maximum autorisé par la loi, nous avons voté contre l’augmentation des tarifs municipaux pour 2018/2019. Au-delà de notre regret de ne pas voir la mise en place du quotient familial pour la cantine scolaire, il nous paraît incohérent d’augmenter les tarifs ET les impôts locaux sans justification pertinente : les investissements promis comme la Bellerie avancent-ils ?

Autre exemple qui pourrait rester symbolique si cela ne touchait pas tout le monde : les tarifs municipaux de la piscine ont été modifiés. Les cartes individuelles et famille, ainsi que le bracelet badge pour le sauna sont désormais obligatoires et payantes (2 et 5 euros).

Les deux autres délibérations d’importances ont porté sur le financement des écoles publiques et privées.

Nous avons voté le montant des compensations entre communes concernant les écoles publiques. Ces montants étant communs à toute la métropole, ils sont justes.

Par contre, nous nous sommes à nouveau dressés contre la décision de la mairie de subventionner les écoles privées des communes voisines alors qu'elle n'y est absolument pas obligée. Nous avons dénoncé un choix idéologique, coûteux pour la famille (plus de 55.000 € pour la dernière année scolaire, plus de 400.000 € depuis 2010 !) et totalement inutile en réalité. Seules 55 familles sont concernées, et ne seraient en rien pénalisées si nous cessions de faire des cadeaux aux écoles privées. Nous ne voulons pas que l'ensemble des saint-avertinois continuent à payer pour le confort personnel de 55 familles. D'autant que nos écoles publiques sont d'excellente qualité ! La meilleure preuve en est le très faible nombre d'élèves scolarisés dans le privé. Nous estimons que c'est décidément bien mal récompenser la qualité de nos enseignants et de nos écoles que de continuer, année après année, à faire ainsi d'inutiles cadeaux à la concurrence sur le dos des contribuables.

Notons enfin que la pathétique épisode du vrai-faux retour à la semaine de 4 jours valide nos analyses, et contredit les propos tenus par les élus de la majorité : NON, les familles saint-avertinoises ne veulent pas de retour aux 4 jours, et NON, elles ne mettent pas davantage leurs enfants dans les écoles privées qui sont revenues (ou restées, au mépris de la loi) à 4 jours.

Notre conclusion sur l'école est sans appel : il serait grand temps qu'une politique scolaire sérieuse soit mise en place, et qu'elle se fasse en écoutant les personnes compétentes sur ce dossier, qui ne se limitent pas - loin s'en faut - aux élus de la majorité.

 

Notons pour finir, qu’à nos questions et nos interventions, le maire n’a à peine répondu et nullement défendu ses choix, monsieur PAUMIER intervenant même à sa place pour justifier l’augmentation d’impôts. D'autre part 8 conseillers de la majorité sur 27 étaient une nouvelle fois absents, mais cela est quand même mieux que lors du précédent conseil!

Posté par Philippe LEBOT à 12:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ordre du jour du conseil municipal du 6 juin 2018

180606Odj

Posté par Philippe LEBOT à 15:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Compte-rendu du (court) conseil municipal du mercredi 25 avril

Avec 16 délibérations à l'ordre du jour, ce conseil ne s'est pas étendu comme le précédent.

Notons tout d'abord qu'il y avait encore un tiers des élus de la majorité absents et que nous avons appris, en fin de conseil suite à une question diverse, le départ du DGS des services. Ce qui avait été rapporté par des bruits de couloir, nous aurait été annoncé dans un mois ? Alors que le départ est pour juillet !

Un problème de communication récurrent à rapprocher à l'indélicatesse de la majorité de publier sur le site de la ville, le programme du festival des Horizons alors même qu'il n'avait pas encore été voté en conseil.

Sur le fond, plusieurs délibérations, nous ont permis de rappeler certaines de nos valeurs.

Concernant les tarifs du service culturel, nous avons souligné notre satisfaction de l'absence d'augmentation pour cette année (rappelant au passage que nous regrettons que les jeunes payent deux fois plus chers pour participer à l'orchestre junior, que les adultes pour participer à l'orchestre d'harmonie), de l'utilisation du quotient familial pour l'école de musique, tout en souhaitant que celui-ci soit élargi aux pratiques collectives , et aux pratiques de la peinture/dessin et de la sculpture/modelage.

Concernant les relations entre la Métropole et les communes, nous avons signalé l'incongruité de cette énième délibération, qui complexifie encore l'organigramme de fonctionnement de la métropole. Il s'agit cette fois-ci de déterminer les conditions dans lesquelles certaines interventions peuvent être effectuées par les communes et ensuite remboursées par la Métropole selon des "clés de répartition" qui sont d'une complexité excessive et inutile. La gauche saint-avertinoise a souhaité alerter le Conseil municipal sur les risques qui existent à la fois de confiscation progressive du pouvoir par les technocrate (et donc d'éloignement des citoyens) et de dilution des circuits de l'argent public à l'intérieur de la métropole. Plus personne aujourd'hui, en dehors de quelques experts, ne peut efficacement tracer la circulation de l'argent public dans la métropole de Tours et c'est un risque accru de dérives qui se dessine.

Concernant la suppression de la carte scolaire, nous nous y sommes résolument opposés. Nous entendons que les directeurs d'école et Mme L'Inspectrice de l'Education nationale aient pu valider une procédure par laquelle les affectations dans les trois écoles de la commune permettront une meilleure gestion des flux et donc une meilleure politique d'ouverture et de fermeture de classes. Mais nous ne pouvons pas accepter cette délibération, qui va beaucoup plus loin que de simples mesures de bon sens. La carte scolaire n'est pas supprimée à la marge, mais intégralement ; l'affectation des enfants est désormais confiée au pouvoir discrétionnaire du maire, à qui il appartiendra, ou pas, de décider de règles d'affectation qui ne figurent pas dans la délibération et seront donc nécessairement opaques pour les familles concernées. Dans l'avenir, et quelque soit l'équipe municipale qui sera en place après 2020, des risques de clientélisme et de favoritisme sont clairement ouverts par cette délibération qui ne précise pas suffisamment les choses.

Devant notre insistance, la mairie s'est toutefois engagée à convier l'opposition dans les commissions municipales d'affectation des élèves. Nous nous félicitons de cet engagement, et veillerons bien entendu à ce qu'il soit tenu.

Sur le Festival des Horizons, nous estimons que l'affiche est sans doute, en termes de notoriété et d'inter-génération, en deçà de ce à quoi nous étions habitués les années précédentes. Nous avons rappelé, comme l'année précédente, que nous serions vigilants à ce que la disparition du dernier "gros" concert de la saison culturelle du Nouvel Atrium soit effectivement remplacée par une affiche du Festival qui soit à la hauteur. Les indicateurs pour ce faire seront essentiellement la fréquentation mais surtout, pour ce concert gratuit, le niveau d'investissement que représente cet événement pour la commune.

Nous avons, en marge de cette délibération, insistè sur la nécessité que le contenu des délibérations votées en Conseil ne soit pas "acté" avant le vote. C'est en effet le cas avec l'affiche du Festival, publiée sur le site de la ville et certains sites Internet des artistes présents, plusieurs jours, voire plusieurs semaines, avant le vote de la délibération. Que se serait-il passé si cette délibération avait été rejetée alors que les engagements sont déjà pris envers les artistes ?

Enfin bien que nous ayons voté pour le marché de maîtrise d'œuvre qui concerne le développement du domaine de Cangé, nous avons appelé de nos vœux que ce projet prenne en compte l'environnement (énergie, circulation douce), et remercier l'équipe municipale d'avoir repris un de nos projets municipaux (mise en place d'un potager pédagogique).

Posté par Philippe LEBOT à 09:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Ordre du jour du conseil municipal du 25 avril 2018

180425odj

Posté par Philippe LEBOT à 22:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Compte-rendu du conseil municipal du mercredi 29 mars 2018

Sans refaire le DOB, voici quelques remarques qui ont été émises lors du dernier conseil.

Sur le fond, En 1er, n’en déplaise à certains des colistiers de la majorité, nous regrettons depuis toujours le financement de l’école privé. Ce sera 54k€ (p 120 du compte administratif pour ceux qui veulent connaître les chiffres de l’an dernier) : 5031€ pour l’école Saint-Martin, 930 pour l’école privée Sainte Marie, 2114 , 3382, 5242, 3847 pour les autres et 34031€ pour l’école Marie de l’Incarnation. Plus d’un point d’impôts.

En 2ème point et pour ne pas être trop long, l’environnement, sujet où nous pouvons nous retrouver avec la majorité actuelle, preuve en est, la géothermie pour la piscine, où nous avons été les 1er à proposer des énergies alternatives. C’est aussi l’occasion de rappeler ce que le gouvernement précédent a mis en place. Oui il y a la baisse de la DGF, mais il y a aussi des aides importantes ciblées vers des travaux en faveur de l’environnement. Concrètement la chaufferie de l’école H ADAM va être subventionnée à hauteur de 235k€ (sur 305k€), ramenant le temps de retour sur investissement de 27 à 4 ans. Nous regrettons que le volontariste sur cette installation n’existe que grâce à ces subventions. En effet pour les autres travaux : chaufferie à château fraisier, chauffe eau à Paul Doumer, chaudière 1 de Cangé, chaufferie de la mairie, la réponse qui nous a été donnée est claire : le coût d’un éventuel changement de technologie plus propre n’est pas intéressant par manque de subvention. Vous pensez environnement que lorsqu’il y a un intérêt financier. C’est regrettable.

En 3ème point, la voirie, 1M€ d’investissement tout de même. Nous avons alerté sur la sécurité de rue des caves à gouter, de certaines rues (rue des Cigognes notamment) qui sont détériorées depuis des années. La planification de travaux ne semble pas être d’actualité. Et pourtant selon le maire précédant en mars 2012 « Les principales dépenses seront situées sur les travaux de réseau d’adduction d’eau potable sur les rues Saint-Exupéry, Mermoz, Saint-Hélène, du Placier, de l’Ormeau, des Cigognes, Quai Carnot pour 225 000 €. » Puis encore en mai de la même année « la commune va refaire les canalisations dans le cadre des travaux de voirie. L’an prochain, sera refaite la rue des Cigognes pendant les vacances scolaires, sera entamé ensuite le secteur de Château Fraisier. »

 On attend toujours, mais peut-être que la rue des Cicotées sera-t-elle faite avant, une des colistières de la majorité s’étant plainte de son état…

En avant dernier point, nous avons rappelé une dernière fois, que la commune a payé en 2017, 24624€ pour la taxe SRU de 2016 sur les logements sociaux. Cela ne sera plus le cas désormais du fait de la métropole. Mais cela ne nous empêchera pas de rappeler qu’il n’y a pas assez de logements accessibles au plus démunis, aux jeunes ou aux personnes qui se retrouvent seules après un accident de la vie. Vous empêchez la mixité sociale, la mixité générationnelle à des fins politiques depuis des années.

Et enfin, pour terminer, le point important qui n’apparaît ni dans les orientations budgétaires, ni dans ce budget et qui le discrédite devant la population : la vente de la SAEM prévue pour 2018. A quoi cela servira-t-elle ? Toujours au désendettement ? En tout cas avec l’augmentation du taux d’imposition uniforme, nous finirons l’année avec un important résultat positif qui ne servira qu’au désendettement de la ville. Et surtout pas à éviter le report volontaire de la part de la majorité actuelle, de plusieurs années des travaux de la Bellerie. Ainsi comme lors de la vente de la résidence des Tilleuls, est fait le choix de vendre directement ou indirectement le foncier de la ville et de reporter des investissements utiles voir promis aux électeurs. Cela décalera d’autant la rénovation d’autres équipements sportifs (les cours de tennis, les Aubuis) de plusieurs années. Nous le regrettons d’autant que comme à l’habitude la majorité minimise les recettes et maximise les dépenses. Le compte administratif 2017 le montre une nouvelle fois et 2018 en sera une nouvelle fois une preuve criante.

Sur la forme enfin, il est toujours difficile d’accepter que l’ordre du jour du CM soit un jour très light avec qq délibérations et d’autre fois très dense avec ce soir par exemple 27 délibérations. Sachant qu’en plus il y a plus de 250 pages de documents préparatoires, que certaines commissions d’importance ont lieu juste avant le CM (com urba de lundi) voir après le vote du budget. Enfin, si l’on peut comprendre que l’on essaye de préserver l’environnement en imprimant recto verso, il serait bien de ne pas avoir besoin de loupe pour pouvoir consulter les documents en commission.

Posté par Philippe LEBOT à 20:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

180328Odj

Posté par Philippe LEBOT à 09:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Rythmes scolaires à Saint-Avertin : vers un déni de démocratie ?

[Edit du 19 mars : Précision suite au vote des parents le samedi 17 mars au matin.

Comme nous l'écrivions dans ce billet de blog, le vote des conseils d'école n'ayant pas apporté au maire la validation qu'il attendait pour un retour à la semaine de 4 jours, un vote de l'ensemble des parents était organisé ce samedi. Le résultat de ce vote confirme et amplifie même le souhait des parents pour un maintien de la semaine de 4,5 jours. En effet, AUCUNE école ne s'est prononcée pour un retour à 4 jours (voir les résultats école par école sur le site de la mairie). Le message est maitenant limpide : les saint-avertinois ne veulent pas d'un retour à la semaine de 4 jours ! Le maire a-t-il pensé que la petite poignée de personnes (parents et enseignants) qui ont fait le siège de son bureau pour dénoncer les votes des conseils d'école étaient représentatifs de qui que ce soit ? C'est possible, mais le vote des parents ce samedi légitime au contraire la représentativité des parents d'élèves, dont le vote en conseil d'école reflétait bien, finalement, les attentes de la majorité des parents. La mairie doit en tirer les conséquences et assumer les résultats de la consultation qu'elle a décidé de mener par dessus la tête des conseils d'école. Par conséquent, le groupe Avenir de Saint-Avertin estime qu'il est maintenant grand temps d'arrêter les frais et d'entendre ce que dit le terrain. Aucun conseil d'école extraordinaire ne saurait être invoqué pour revenir sur le vote des mêmes conseils, confirmé par le vote de l'ensemble des parents. Le déni de démocratie serait alors manifeste.]

 

"Ne pas prévoir, c'est déjà gémir" (Léonard de Vinci)

S'il y a un sujet, à Saint-Avertin, sur lequel rien n'avait réellement été prévu et anticipé, c'est bien la question des rythmes scolaires. Pourtant, le sujet ne quitte pratiquement plus l'actualité politique locale depuis 2013, et nous devons en être aujourd'hui au moins à l'acte 4.

Il faut avoir à l'esprit trois éléments pour comprendre ce qui se joue aujourd'hui :

  • Un courrier du maire adressé juste avant les vacances aux parents d'élèves, dans lequel il estime que le vote des conseils d'école (qui s'est déroulé dans les 4 conseils début février) ne permet pas de dégager de majorité claire et dans lequel il précise avoir pris l'attache du Directeur Académique. Ce dernier lui aurait conseillé de faire voter directement l'ensemble des parents, puis de faire ratifier le choix par les conseils d'école et un Comité de pilotage.
  • Une réponse écrite au représentant d'une association de parents d'élèves de la ville, qui reprend les thèmes du courrier et précise : "Je vous confirme qu'aucune majorité n'est sortie de ce scrutin et nous étions à 2/2 et une abstention. J'ai reçu différentes plaintes de parents, d'enseignants et de directeurs".
  • Des faits : le résultat des votes (Henri Adam : 4 jours ; Léon Brûlon : Pas de réponse ; Grands-Champs : 4,5 jours ; Christophe Plantin : 4,5 jours.) Soit une majorité, certes courte, mais indiscutable, en faveur d'un maintien à 4,5 jours.

La décision du maire s'apparente donc à une remise en cause des instances démocratiquement élues. Elle foule au pied les conseils d'école et notamment la représentativité des parents élus.

Depuis le début, par pure idéologie, la mairie a décidé de revenir à la semaine de quatre jours, et fait tout pour parvenir à ses fins, en s'abritant derrière "l'intérêt des enfants" qu'en réalité elle ignore superbement (les travaux des chrono-biologistes montrent de façon unanime que la semaine de quatre jours est une absurdité). Après avoir annoncé sa décision sans consulter personne, au mépris du décret d'assouplissement et au risque de voir sa demande de dérogation rejetée ; Après avoir tout fait pour tenter d'infléchir les votes des conseil d'école (y compris par la publication par l'adjointe en charge de l'éducation d'horaires ubuesques en cas de maintien à 4,5 jours dans le but, notamment, d'infléchir le vote des enseignants), voilà que la parole des parents élus est aujourd'hui remise en cause, accusés en ville de ne pas avoir voté conformément aux attentes de l'ensemble des parents.

NON, le vote n'est pas "à 2/2 et une abstention". Nous informons d'ailleurs la mairie que dans la ville, il n'y a pas 5 conseils d'école, mais 4 !

NON, les plaintes des parents, des enseignants et des directeurs (ou directrice) ne sont pas d'importance équivalente au vote démocratique et régulier des conseils d'école !

NON, le décret du juin 2017 qui autorise à revenir à la semaine de 4 jours ne parle pas de consensus des conseils d'école mais de majorité. Assez sagement d'ailleurs car sur un tel sujet le consensus est évidemment impossible. La seule porte de sortie 'légale" qu'offre désormais l'application de ce décret, dans le respect de toutes les règles, serait de ne demander une dérogation que pour les écoles dont les conseils ont voté la semaine de 4 jours. Ce serait pour le moins original puisqu'à Brûlon/Plantin, la maternelle et l'élémentaire, pourtant fréquentées par les mêmes familles, n'ont pas voté pareil !

Concernant la préconisation du Directeur académique : Quelle que soit la qualité ou le titre de celui qui préconise, c'est le maire qui est responsable de SES choix. La Première adjointe a clairement annoncé au dernier conseil d'école à avoir voté, celui de Christophe Plantin, que compte tenu des votes, la semaine de 4,5 jours serait préservée, et elle a même avancé une date pour un comité de pilotage pour valider les horaires et déterminer s'il faudrait travailler le mercredi ou le samedi matin. C'était le mardi 13 mars.

Étrange revirement, donc, que ce courrier adressé aux parents juste avant les vacances et qui mentionne une préconisation du Directeur académique qui ne se serait pas mêlé de cette histoire sans interventions politiques de la part de la mairie.

En conséquence, le groupe d'opposition Avenir de Saint-Avertin demande expressément à la mairie de respecter le vote des conseils d'école. Il en va du respect de la démocratie locale. A ce titre, les élus de ce groupe espèrent que les propos tenus par la Première adjointe, en charge de l'éducation, lors d'un conseil d'école ("la démocratie, à un moment, ça suffit") ne sont pas le reflet d'une conviction profonde de l'équipe municipale en place, mais relèvent simplement d'un propos qui a dépassé ses pensées.

Posté par Lionel Jeanjeau à 21:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Compte-rendu du conseil municipal du mercredi 21 février

Débat d’orientation budgétaire

Le conseil municipal avait pour sujet principal, le DOB (débat d'orientation budgétaire) qui a lieu avant le vote du budget et doit permettre comme son nom l'indique de "débattre".

Force est de constater que cela ne semble pas être la volonté du maire ! Et nous avons souhaité lui rappeler.

Tout d’abord sur la forme, sa communication nous paraît insuffisante sur un certain nombre de point. Il faut que nous lui écrivions, nous l'nterpelions pour avoir ensuite les informations.

De façon concrète, en commission finance son adjoint aux finances indique « il y aura des gros travaux de voiries cette année qui vous seront présentés lors de la com° infra." Soit 48h avant le budget primitif et bien après le DOB !! Comment débattre alors sur ce sujet ?

Second exemple, la videosurveillance, prévue pour la piscine sans information préalable, actée dans ce DOB alors que nous lui avions proposé d’en débattre en commission. Silence...

Un dernier exemple sur les horaires des écoles pour la rentrée prochaine. Sur ce point, Lionel a pu développer notre argumentaire en question diverse.

C’est un fait : le maire acte avant de communiquer, parfois alors qu'il n'est pas dans son droit. Il est d’ailleurs regrettable qu’une de ses adjointes regrettent oralement devant des saint-avertinois que la démocratie la « fatigue ».

Sur le fond et les choix politiques de la majorité actuelle, voici les quelques points que nous avons souligné lors du DOB.

Tout d’abord, la Baisse de la DGF se poursuit et celle pour notre ville encore plus cette année. En effet, il est important de souligner que la sous utilisation de l’assiette fiscale de notre ville (depuis des années), entraîne une perte pour la commune de 97k€.

Par ailleurs, il n’est même pas certain du tout que la décision d’augmenter les taxes locales, permettent à la commune de récupérer cette somme au final.

Nous regrettons d’ailleurs que cette augmentation des 3 taxes locales (habitation, foncier et foncier non bâti) soit unilatérale et uniforme : nous n’avons guère pu en discuter et il n’y a pas de réflexion vis-à-vis des catégories en difficulté, des personnes seules ou handicapées. Cela fera donc 70€ par foyer fiscal, et 24€/hab selon les données qui nous ont été fournies.

Autre point de la politique de la majorité actuelle, cette fois bien affiché dans les documents transmis mais surtout, mis en place sans concertation. La sécurité : après l’armement des policiers municipaux, voici donc la vidéosurveillance. Le maire prévoit une ligne budgétaire pour réaliser des études. Si on peut le soutenir totalement sur la mise en sécurité de nos écoles notamment, sachez que nous regrettons l’absence de débat sur ce sujet. La vidéosurveillance sert peut-être à résoudre quelques affaires, mais en aucun cas ne permet d’éviter les graves incidents que notre pays a subi. 

Concernant les travaux de mise en accessibilité qui vont se poursuivre les prochaines années, nous avons toujours été moteurs et les soutenons, à un détail près découvert récemment.

La mairie va financer la mise en accessibilité du presbystère qui donc reçoit du public, mais surtout fournit un logement à titre gracieux au curé de la paroisse. Déjà que la majorité actuelle finance sans aucune obligation, les écoles privées hors commune (pour un équivalent d’un point d’impôt) ! Et alors que le nombre de logement attribué aux employés municipaux diminuent et tend vers zéro, le maire n'a même pas daigné répondre sur ce point à nos questions répétées !! Après renseignement, même si cette situation est fréquente, une commune de la métropole au moins a traité ce sujet malgré une situation bien plus complexe : le presbytère étant issu d’un leg sous condition de loger le curé à titre gracieux… L’évêché a tout à fait compris et un accord a été trouvé.

Il nous paraît important qu’à l’occasion des travaux de mise en accessibilité, cette situation puisse évoler, et sans apporter d'arguments plus clivants qu'un autre conseiller habitué du fait à utiliser en séance (et si c'était un Imam?).

Le principe de laïcité doit être respecté et nous souhaitons que cette situation disparaisse tout simplement.

 Pour revenir à des sujets, tout aussi important que la laïcité, l'orientation concernant l’évolution du nombre d’employés municipaux s’éclaircit : 8 des 10 départs en retraite ont été remplacés. Nous regrettons aussi que le nombre de titulaire diminue au bénéfice de celui des non titulaires. Même si cette année avec la fin des TAP et le départ de 38 agents vers la métropole cela est masqué, en 4 ans, nous sommes passés de 122 non titulaire à 133. Sachant qu'ils sont en plus en moyenne à peine titulaire d'un mi-temps. 

La din de notre intervention a porté sur la critique ferme de la dernière phrase du rapport d'orientation budgétaire : "l’investissement restera soutenu en 2018 ». Rappelons déjà que le maire précédant indiquait l'an dernier « on peut désendetter plus fortement, mais cela permet d’investir, pour la piscine, pour le projet de Cangé (que le Maire proposera très prochainement) et pour d’autres très gros sujets ».

Quid de ces « gros projets » ? Et la Bellerie ? A part une étude en 2018, à peine de travaux pour 2019 pour la salle de le tir à l’arc. Et donc encore plus tard pour le bâtiment du SAS, puis le tennis, sans parler de la rénovation des Aubuis ? Pile pour 2020 ? Ou encore plus tard ?

Le projet Bellerie a été présenté en novembre 2013 par le maire actuel, en charge des sports à l'époque (même avant en commission municipale en octobre 2012) ! 

Un dernier chiffre : 4,53 millions d'investissement envisagés en 2018 contre 5,4 en 2017 et 5,12 en 2016… laissons aux saint-avertinois de juger.

 

Les autres points significatifs portaient sur la piscine. Nous avons souhaité que les tarifs soient modifiés en séance pour deux catégories :

-        Enfants de 3 à 15 ans : 1.9 au lieu de 2,2 pour n’avoir une augmentation de 15% pour un ticket (au lieu des 33% prévus) et 14,30 pour 10 entrées au lieu de 17,5 (41% d'augmentation!)

-        Pour les demandeurs d’emploi : 2.2 au lieu de 2,7 pour n’avoir une augmentation de 15% (au lieu de 42%), 20 pour 10 entrées au lieu de 22

Ce sont en effet, les personnes (seules au chômage avec un enfant) qui ne bénéficieront pas du pass famille. Nous regrettons que cela n'ait pas été accepté.

Posté par Philippe LEBOT à 19:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Compte-rendu du (court) conseil municipal du mercredi 24 janvier

 Le conseil municipal de mercredi 24 janvier était très léger. Toutefois deux points méritent notamment d’être portés à la connaissance des saint-avertinois

 Délibération 2 : autorisation d’engagement, de liquidation et de mandatement des dépenses d’investissement dans la limite d’un quart des crédits ouverts au budget 2017.

 En ironisant, c’est un peu un « shutdown » local – sans les risques de cessation de paiement ! L’absence de vote du budget 2018 oblige la municipalité à faire procéder à ce vote. Bien que contre la politique menée, il ne nous paraissait pas opportun de voter contre cette délibération permettant de poursuivre les travaux engagés et de payer les entreprises intervenants sur notre commune.

  Délibération 10 portant sur une convention de prestations de services de balayage mécanique avec Tours Métropole et délibération 11 portant sur une convention constitutive d’un groupement de commandes de balayage mécanique.

 Pour faire simple : l’art d’externaliser vers le privé un service assuré historiquement par des employés du service publique – mais seulement dans un an ! En effet, la 1 ère délibération autorise la commune à faire intervenir les services de la métropole pour assurer le balayage de nos voiries : nous comprenons et sommes pour la mutualisation des services. La 2 ème délibération autorise à l’issue de la période de validité de la précédente soit un an), d’adhérer à un groupement de commande de prestation de balayage nécessitant une procédure respectant les marchés publics. Ainsi en deux délibérations sans discussion préalable, un service est externalisé. Sans explication, ni justification (qui aurait pu justifier cela), nous nous sommes abstenus.

 

Restant à votre disposition 

Posté par Philippe LEBOT à 20:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Compte-rendu du conseil municipal du mercredi 20 décembre 2017


Le conseil municipal du 20 décembre n’a pas donné lieu à de grand débat comme cela avait été le cas le mois précédent.

Nous avons toutefois souligné nos différences sur certains points. Ainsi :

A l’occasion de la délibération 8 relative à dissolution du budget annexe de l’eau (la compétence est reprise par la métropole), nous avons rappelé nos regrets : la majorité actuelle, comme la précédente, n’a jamais souhaité revoir à la baisse le prix de l’eau vendue à Larçay (3000 habitants). Notre commune voisine dépend à 100% de Saint-Avertin et elle paye le prix du mètre cube plus cher que les habitants de Saint-Avertin. A la remarque injustifiée d’un des adjoints actuels qui soulignait que cette décision aurait entraîné une augmentation du prix de l’eau pour nos concitoyens, nous avons rappelé que Saint-Avertin achète bien moins cher de l’eau à la ville de Tours et que l’impact sur les finances de la ville aurait été bien moindre que celui du financement des écoles privés (qui concerne une dizaine de familles). C’est donc bien une question de choix politique.

Désormais l’eau ne sera plus du ressort de notre ville et nous regrettons de n'avoir pu mettre fin à cette injustice.


La délibération suivante touche la qualité de vie au travail des employés communaux. Il y a des tensions en interne, de la souffrance avérée. Même le médecin de la ville a souligné en comité d’hygiène, sécurité et condition de travail (CHSCT) qu’il avait constaté cela à différents niveaux hiérarchiques. Nous avons défendu très tôt l’intervention d’un psychologue. Ainsi nous sommes satisfaits qu'une démarche d’évaluation et de prévention ait lieu en 2018 par un psychologue du centre de gestion du département. Nous espérons qu’elle sera suivie d’actions afin d’améliorer la situation.


La délibération 12 portait sur la signature d’une convention de partenariat intergénérationnel au sein de l’accueil collectif de mineurs de Cangé et Korian le Vencay. Le conseil à l’unanimité approuve cette démarche. Nous avons rappelé que le vieillissement de la population de notre ville était un enjeu. Des actions de solidarité intergénérationnel doivent se multiplier au sein de notre commune comme par exemple lorsque le théâtre de l’Ephémère faisait jouer ensemble des jeunes et des moins jeunes.

​Nous avons profité de la délibération 13 pour revenir sur les conditions de financement du concert d'André Manoukian et sur la pratique de la ville, qui consiste à annoncer en début de saison culturelle des artistes qu'elle n'est pas certaine de pouvoir financer. Le mécénat devient alors un moyen d'éviter des annulations. Annulations qui se produisent s'il n'y a pas de mécène. Or cela peut être prévu plus en amont, au moment de la conception du budget. Le maire a reconnu une erreur dans la façon de procéder et s'est engagé à ce que cela ne se reproduise pas. Nous y veillerons : ce qui est promis aux saint-avertinois doit être assuré.​


La délibération 14 concerne la mise en accessibilité des bâtiments communaux. Nous avions réussi en 2015 à faire modifier l’ordre de priorité des travaux de mise en conformité afin que le domaine de la petite enfance soit un des premiers bâtiments mis aux normes. 2018 verra la mise aux normes des 3 groupes scolaires, et aussi du domaine de Cangé, de l’Espace Simone Veil, de la salle de sport des Aubuis, du Nouvel Atrium, de la salle des fêtes, de l’Annexe, du centre technique municipal, de l’église (et de son presbytère ! Accessoirement mise à disposition gracieusement par la mairie).


Comme tout le monde le sait, les travaux de la piscine avancent et son ouverture aura lieu au printemps. La délibération 15 précise les derniers choix de la mairie dans ce cadre : si l’on peut comprendre que pour des raisons de coût, il n’y aura pas de SPA/jacuzzi, nous avons regretté que sans concertation, la majorité prévoit dès à présent la possibilité de mettre en place des moyens de vidéosurveillance. Sans être contre dans l’absolu, nous aurions voulu donner notre avis auparavant. En effet, il n’a pas été envisagé de surveiller les forages d’eau qui permettront d’alimenter en eau et en chaleur la piscine. Ne serait-il pas pertinent de se poser la question plutôt que de choisir des points de surveillance de façon unilatérale ?

Enfin, la dernière délibération acte du principe de passage en rive droite du Cher à vélo… qui ne passera donc pas sur notre commune​

​Si nous sommes favorables à cette solution (moins chère, plus agréable pour les cyclistes et adossée à des structures de randonnée existantes), nous nous inquiétons des conséquences qu'elle pourrait avoir en termes de fréquentation des commerces et hébergements saint-avertinois. Nous serons vigilants à ce que le camping et le centre-ville soient correctement fléchés, et à ce qu'une traversée du Cher soit mise en place au niveau de l'actuel pont d'Arcole. Ce dernier point nous conduit à rappeler que nous attendons toujours un schéma cycliste municipal digne de ce nom, ambitieux et rapidement opérationnel. Entre la future traversée du Cher au nord (qui reliera le bourg aux zones commerciales et récréatives de la Vallée du Cher) et le futur tramway à la Papoterie au sud, il faut organiser des axes cyclables nord-sud sécurisés, utiles aux commerces, aux déplacements de travail et à la promenade. Actuellement, entre la rue des Cicottées et la Bellerie, il n'y a rien de réellement convaincant, et se déplacer à vélo y relève trop souvent de la prise de risque, voire de la mise en danger.

 

Posté par Philippe LEBOT à 15:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Compte-rendu du conseil municipal du mercredi 22 novembre

Conseil municipal avec peu de délibérations, mais quelques-unes sujets à discussion :

Dissolution du syndicat intercommunal SICALA 37 :

Délibération qui rend concrets les efforts de simplification lancés par le gouvernement précédent. Le SICILA disparaît avec 3 autres syndicats qui géraient le Cher, et son remplacer par un seul, plus étendu et avec moins de délégués. En Indre-et-Loire, le nombre de syndicats (divers et variés) va passer d’une 20aine à une 10aine.

 

Budget principal – décision modificative

Une délibération qui arrive en fin d’année et permet de reparler des choix politiques pris par la majorité et de son fonctionnement habituel :

  • Sous-estimation des recettes lors du budget prévisionnel
  • Surestimations des dépenses 
  • Le tout permettant en fin d’année de diminuer le recours à l’emprunt
  • Et surtout faire passer des restrictions régulières aux services municipaux,

 

Subvention complémentaire au comité des œuvres sociales de Saint-Avertin

Lors de cette délibération, on peut noter que le conseil municipal a été l’occasion une nouvelle fois, à certain conseiller de se donner en spectacle. Mettant en cause la bonne gestion du comité des œuvres sociales des employés municipaux et votant contre cette délibération. Au contraire, elle nous paraît favoriser le bien être des agents municipaux, le lien social entre eux dans une période difficile pour certains. Une enquête sur les risques sociaux va d’ailleurs avoir lieu prochainement pour aborder cette problématique.

 

Participation aux frais de fonctionnement des écoles publiques de communes extérieures accueillant des enfants de Saint-Avertin

Pour la première fois, nous avons eu un tableau récapitulant commune par commune, les frais associés aux enfants scolarisés dans les écoles publiques hors commune. Rappelons que ces dérogations se font au cas par cas et ne concerne qu'une 20aine d'enfants. Nous avons demandé à avoir un bilan pour les années précédentes.

 

Mise à disposition d’un éducateur des activités physiques et sportives auprès du SAS

Rappelons que le SAS est une association loi 1901 qui regroupe 7000 adhérents, 24 sections sportives, emploie une trentaine de personnes (équivalent de 11 emplois temps plein). Elle est donc indépendante de la mairie. Avec un budget unique, les sections qui sont bénéficiaires aident ainsi celles qui ont des difficultés.  Nous rencontrons le président du SAS tous les ans pour avoir une vision des projets, des difficultés du SAS.

Cette délibération porte sur un employé municipal qui est détaché au SAS pour jouer un rôle transverse entre les sections, la municipalité et le SAS. Nous y sommes favorables d’autant que s’il était salarié du SAS, il n’aurait probablement pas un temps plein.

Posté par Philippe LEBOT à 10:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

ordre du jour du conseil municipal du 22 novembre 2017

ORDRE DU JOUR DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 22 NOVEMBRE 2017
1. DISSOLUTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL SICALA 37
2. CONVENTION DE RESERVATION DE LOGEMENT AUPRES DE VAL TOURAINE HABITAT
3. DECISION MODIFICATIVE N°1/2017 – BUDGET PRINCIPAL
4. SUBVENTION COMPLEMENTAIRE AU COMITE DES ŒUVRES SOCIALES DE SAINT AVERTIN
5. SUBVENTION EXCEPTIONNELLE A L’UNION DES COMMERCANTS ARTISANS ET PROFESSIONS LIBERALES
6. TRANSFERT PATRIMONIAUX POUR LES BIENS AMORTISSABLES AVEC TOURS METROPOLE VAL DE LOIRE
7. PARTICIPATION AUX FRAIS DE FONCTIONNEMENT DES ECOLES PUBLIQUES DE COMMUNES EXTERIEURES ACCUEILLANT DES ENFANTS DE SAINT-AVERTIN - ANNEE SCOLAIRE 2016 – 2017
8. PERSONNEL COMMUNAL : MISE A DISPOSITiON D’UN EDUCATEUR DES ACTIVITES PHYSIQUES ET SPORTIVES AUPRES D’UNE ASSOCIATION (CONSEILLER SPORTIF)
9. PERSONNEL COMMUNAL : MISE A DISPOSITiON D’UN EDUCATEUR DES ACTIVITES PHYSIQUES ET SPORTIVES AUPRES D’UNE ASSOCIATION (EDUCATEUR SPORTIF)
10. DEVELOPPEMENT DU DOMAINE DE CANGE - DESIGNATION DE LA COMMISSION TECHNIQUE
11. FOURNITURE DE DENREES ALIMENTAIRES POUR LES RESTAURANTS SCOLAIRES

Posté par Philippe LEBOT à 10:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Compte-rendu du conseil municipal du mercredi 18 octobre

Petit conseil et pourtant quelques différences à souligner

 

Dès la délibération n°2 sur l’ouverture des commerces le dimanche, Lionel a rappelé les observations émises l’an dernier et qui ne semblent pas avoir été prise en compte par la majorité. La loi oblige – comme le rappelle le président de Tours Métropole d’ailleurs dans son courrier à tous les maires de celle-ci, de consulter les syndicats concernés par cette ouverture. Notre maire ne l’a pas fait et ne semble ainsi pas se soucier des salariés. Nous regrettons par ailleurs de n’avoir aucun bilan de ces ouvertures : a-t-elle un effet bénéfique pour les commerçants ?

 

Par notre vote contre, nous tenons à souligner le non respect de la loi et l’absence de consultation des organisations syndicales niant ainsi l’impact potentiel sur les salariés.

 

La délibération n°4 « conséquences sur les biens mobiliers et immobiliers des transferts de compétences des communes au 31 décembre 2016 et de la transformation de Tour(s) Plus en Tours métropole val de Loire », n’est qu’une délibération de principe. Toutefois, ce fut pour nous l’occasion de rappeler notre attachement à la métropole. La vigilance sur le devenir de la Métropole, notamment sur les transferts mobiliers et immobiliers, est légitime et nécessaire. Faisons confiance à l’intelligence politique de cette assemblée pour que cela devienne une réussite. Rappelons que, déjà, une partie de nos territoires routiers avaient été cédés à Tours-plus. Cela n'a pas empêché les élus de Saint-Avertin de participer pleinement aux décisions relatifs à tous travaux et transformations relatifs à ces voies. Nous veillerons à ce que cela continue ainsi.

 

La délibération 7, 8 et 9 concernant des mouvements de personnels communaux nous a permis de nous exprimer sur plusieurs sujets. Tout d’abord nous avons obtenu l’engagement du maire de ne pas détériorer les conditions d’un poste actuellement en CDD à raison de 17,48/35 ème (ce qui est déjà bien précaire ! délib 8). En effet, celui-ci obtient un CDI, certes, mais qu’à raison de 7,21/35 ème ! Le maire s’est engagé à ce que les services complètent ce CDI par des heures complémentaires pour maintenir son niveau d’emploi. Bien que ce temps partiel ne soit pas une situation satisfaisante, nous avons voté pour notamment parce que désormais l’agent concerné devient prioritaire dès lors qu’il y aura des heures à attribuer. [Pas très sûr de la formulation : n’hésitez pas à la changer !]

 

Nous nous sommes abstenus sur la délibération (9) suivante qui concerne un cumul d’emploi. Nous avions déjà émis des réserves l’an dernier car la personne occupe un temps plein auprès d’un ministère et nous ne sommes pas favorables à la pérennisation au cumul d’emploi entraînant un dépassement de la durée légale du temps de travail hebdomadaire.

 

Posté par Philippe LEBOT à 13:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :