Sans refaire le DOB, voici quelques remarques qui ont été émises lors du dernier conseil.

Sur le fond, En 1er, n’en déplaise à certains des colistiers de la majorité, nous regrettons depuis toujours le financement de l’école privé. Ce sera 54k€ (p 120 du compte administratif pour ceux qui veulent connaître les chiffres de l’an dernier) : 5031€ pour l’école Saint-Martin, 930 pour l’école privée Sainte Marie, 2114 , 3382, 5242, 3847 pour les autres et 34031€ pour l’école Marie de l’Incarnation. Plus d’un point d’impôts.

En 2ème point et pour ne pas être trop long, l’environnement, sujet où nous pouvons nous retrouver avec la majorité actuelle, preuve en est, la géothermie pour la piscine, où nous avons été les 1er à proposer des énergies alternatives. C’est aussi l’occasion de rappeler ce que le gouvernement précédent a mis en place. Oui il y a la baisse de la DGF, mais il y a aussi des aides importantes ciblées vers des travaux en faveur de l’environnement. Concrètement la chaufferie de l’école H ADAM va être subventionnée à hauteur de 235k€ (sur 305k€), ramenant le temps de retour sur investissement de 27 à 4 ans. Nous regrettons que le volontariste sur cette installation n’existe que grâce à ces subventions. En effet pour les autres travaux : chaufferie à château fraisier, chauffe eau à Paul Doumer, chaudière 1 de Cangé, chaufferie de la mairie, la réponse qui nous a été donnée est claire : le coût d’un éventuel changement de technologie plus propre n’est pas intéressant par manque de subvention. Vous pensez environnement que lorsqu’il y a un intérêt financier. C’est regrettable.

En 3ème point, la voirie, 1M€ d’investissement tout de même. Nous avons alerté sur la sécurité de rue des caves à gouter, de certaines rues (rue des Cigognes notamment) qui sont détériorées depuis des années. La planification de travaux ne semble pas être d’actualité. Et pourtant selon le maire précédant en mars 2012 « Les principales dépenses seront situées sur les travaux de réseau d’adduction d’eau potable sur les rues Saint-Exupéry, Mermoz, Saint-Hélène, du Placier, de l’Ormeau, des Cigognes, Quai Carnot pour 225 000 €. » Puis encore en mai de la même année « la commune va refaire les canalisations dans le cadre des travaux de voirie. L’an prochain, sera refaite la rue des Cigognes pendant les vacances scolaires, sera entamé ensuite le secteur de Château Fraisier. »

 On attend toujours, mais peut-être que la rue des Cicotées sera-t-elle faite avant, une des colistières de la majorité s’étant plainte de son état…

En avant dernier point, nous avons rappelé une dernière fois, que la commune a payé en 2017, 24624€ pour la taxe SRU de 2016 sur les logements sociaux. Cela ne sera plus le cas désormais du fait de la métropole. Mais cela ne nous empêchera pas de rappeler qu’il n’y a pas assez de logements accessibles au plus démunis, aux jeunes ou aux personnes qui se retrouvent seules après un accident de la vie. Vous empêchez la mixité sociale, la mixité générationnelle à des fins politiques depuis des années.

Et enfin, pour terminer, le point important qui n’apparaît ni dans les orientations budgétaires, ni dans ce budget et qui le discrédite devant la population : la vente de la SAEM prévue pour 2018. A quoi cela servira-t-elle ? Toujours au désendettement ? En tout cas avec l’augmentation du taux d’imposition uniforme, nous finirons l’année avec un important résultat positif qui ne servira qu’au désendettement de la ville. Et surtout pas à éviter le report volontaire de la part de la majorité actuelle, de plusieurs années des travaux de la Bellerie. Ainsi comme lors de la vente de la résidence des Tilleuls, est fait le choix de vendre directement ou indirectement le foncier de la ville et de reporter des investissements utiles voir promis aux électeurs. Cela décalera d’autant la rénovation d’autres équipements sportifs (les cours de tennis, les Aubuis) de plusieurs années. Nous le regrettons d’autant que comme à l’habitude la majorité minimise les recettes et maximise les dépenses. Le compte administratif 2017 le montre une nouvelle fois et 2018 en sera une nouvelle fois une preuve criante.

Sur la forme enfin, il est toujours difficile d’accepter que l’ordre du jour du CM soit un jour très light avec qq délibérations et d’autre fois très dense avec ce soir par exemple 27 délibérations. Sachant qu’en plus il y a plus de 250 pages de documents préparatoires, que certaines commissions d’importance ont lieu juste avant le CM (com urba de lundi) voir après le vote du budget. Enfin, si l’on peut comprendre que l’on essaye de préserver l’environnement en imprimant recto verso, il serait bien de ne pas avoir besoin de loupe pour pouvoir consulter les documents en commission.