Débat d’orientation budgétaire

Le conseil municipal avait pour sujet principal, le DOB (débat d'orientation budgétaire) qui a lieu avant le vote du budget et doit permettre comme son nom l'indique de "débattre".

Force est de constater que cela ne semble pas être la volonté du maire ! Et nous avons souhaité lui rappeler.

Tout d’abord sur la forme, sa communication nous paraît insuffisante sur un certain nombre de point. Il faut que nous lui écrivions, nous l'nterpelions pour avoir ensuite les informations.

De façon concrète, en commission finance son adjoint aux finances indique « il y aura des gros travaux de voiries cette année qui vous seront présentés lors de la com° infra." Soit 48h avant le budget primitif et bien après le DOB !! Comment débattre alors sur ce sujet ?

Second exemple, la videosurveillance, prévue pour la piscine sans information préalable, actée dans ce DOB alors que nous lui avions proposé d’en débattre en commission. Silence...

Un dernier exemple sur les horaires des écoles pour la rentrée prochaine. Sur ce point, Lionel a pu développer notre argumentaire en question diverse.

C’est un fait : le maire acte avant de communiquer, parfois alors qu'il n'est pas dans son droit. Il est d’ailleurs regrettable qu’une de ses adjointes regrettent oralement devant des saint-avertinois que la démocratie la « fatigue ».

Sur le fond et les choix politiques de la majorité actuelle, voici les quelques points que nous avons souligné lors du DOB.

Tout d’abord, la Baisse de la DGF se poursuit et celle pour notre ville encore plus cette année. En effet, il est important de souligner que la sous utilisation de l’assiette fiscale de notre ville (depuis des années), entraîne une perte pour la commune de 97k€.

Par ailleurs, il n’est même pas certain du tout que la décision d’augmenter les taxes locales, permettent à la commune de récupérer cette somme au final.

Nous regrettons d’ailleurs que cette augmentation des 3 taxes locales (habitation, foncier et foncier non bâti) soit unilatérale et uniforme : nous n’avons guère pu en discuter et il n’y a pas de réflexion vis-à-vis des catégories en difficulté, des personnes seules ou handicapées. Cela fera donc 70€ par foyer fiscal, et 24€/hab selon les données qui nous ont été fournies.

Autre point de la politique de la majorité actuelle, cette fois bien affiché dans les documents transmis mais surtout, mis en place sans concertation. La sécurité : après l’armement des policiers municipaux, voici donc la vidéosurveillance. Le maire prévoit une ligne budgétaire pour réaliser des études. Si on peut le soutenir totalement sur la mise en sécurité de nos écoles notamment, sachez que nous regrettons l’absence de débat sur ce sujet. La vidéosurveillance sert peut-être à résoudre quelques affaires, mais en aucun cas ne permet d’éviter les graves incidents que notre pays a subi. 

Concernant les travaux de mise en accessibilité qui vont se poursuivre les prochaines années, nous avons toujours été moteurs et les soutenons, à un détail près découvert récemment.

La mairie va financer la mise en accessibilité du presbystère qui donc reçoit du public, mais surtout fournit un logement à titre gracieux au curé de la paroisse. Déjà que la majorité actuelle finance sans aucune obligation, les écoles privées hors commune (pour un équivalent d’un point d’impôt) ! Et alors que le nombre de logement attribué aux employés municipaux diminuent et tend vers zéro, le maire n'a même pas daigné répondre sur ce point à nos questions répétées !! Après renseignement, même si cette situation est fréquente, une commune de la métropole au moins a traité ce sujet malgré une situation bien plus complexe : le presbytère étant issu d’un leg sous condition de loger le curé à titre gracieux… L’évêché a tout à fait compris et un accord a été trouvé.

Il nous paraît important qu’à l’occasion des travaux de mise en accessibilité, cette situation puisse évoler, et sans apporter d'arguments plus clivants qu'un autre conseiller habitué du fait à utiliser en séance (et si c'était un Imam?).

Le principe de laïcité doit être respecté et nous souhaitons que cette situation disparaisse tout simplement.

 Pour revenir à des sujets, tout aussi important que la laïcité, l'orientation concernant l’évolution du nombre d’employés municipaux s’éclaircit : 8 des 10 départs en retraite ont été remplacés. Nous regrettons aussi que le nombre de titulaire diminue au bénéfice de celui des non titulaires. Même si cette année avec la fin des TAP et le départ de 38 agents vers la métropole cela est masqué, en 4 ans, nous sommes passés de 122 non titulaire à 133. Sachant qu'ils sont en plus en moyenne à peine titulaire d'un mi-temps. 

La din de notre intervention a porté sur la critique ferme de la dernière phrase du rapport d'orientation budgétaire : "l’investissement restera soutenu en 2018 ». Rappelons déjà que le maire précédant indiquait l'an dernier « on peut désendetter plus fortement, mais cela permet d’investir, pour la piscine, pour le projet de Cangé (que le Maire proposera très prochainement) et pour d’autres très gros sujets ».

Quid de ces « gros projets » ? Et la Bellerie ? A part une étude en 2018, à peine de travaux pour 2019 pour la salle de le tir à l’arc. Et donc encore plus tard pour le bâtiment du SAS, puis le tennis, sans parler de la rénovation des Aubuis ? Pile pour 2020 ? Ou encore plus tard ?

Le projet Bellerie a été présenté en novembre 2013 par le maire actuel, en charge des sports à l'époque (même avant en commission municipale en octobre 2012) ! 

Un dernier chiffre : 4,53 millions d'investissement envisagés en 2018 contre 5,4 en 2017 et 5,12 en 2016… laissons aux saint-avertinois de juger.

 

Les autres points significatifs portaient sur la piscine. Nous avons souhaité que les tarifs soient modifiés en séance pour deux catégories :

-        Enfants de 3 à 15 ans : 1.9 au lieu de 2,2 pour n’avoir une augmentation de 15% pour un ticket (au lieu des 33% prévus) et 14,30 pour 10 entrées au lieu de 17,5 (41% d'augmentation!)

-        Pour les demandeurs d’emploi : 2.2 au lieu de 2,7 pour n’avoir une augmentation de 15% (au lieu de 42%), 20 pour 10 entrées au lieu de 22

Ce sont en effet, les personnes (seules au chômage avec un enfant) qui ne bénéficieront pas du pass famille. Nous regrettons que cela n'ait pas été accepté.